Marque

La marque OFAJ

La nouvelle présentation s’ancre dans la tradition graphique de l’OFAJ. Elle conserve l’abréviation OFAJ-DFJW. Et sans abandonner son caractère ludique, cette marque verbale évolue et illustre par sa nouvelle typographie les notions de lien et d’échange. L’OFAJ entend ainsi tenir compte de l’hétérogénéité de son groupe-cible qui englobe enfants, adolescents et adultes, éducateurs et enseignants, responsables politiques et administratifs – appartenant qui plus est à deux cultures différentes. Il s’agit en outre de mettre visuellement en évidence les principales caractéristiques de cette institution originale qu’est l’OFAJ.

 

Un caractère humain, du fait de sa tolérance et de son ouverture :
Il n’existe pas une jeunesse. Grâce à la diversité de ses offres d’échanges et de ses possibilités de financement, l’OFAJ cherche donc à toucher toutes les couches de la population – des élèves aux jeunes actifs en passant par les apprentis, qu’ils vivent au sein d’une grande ville ou à la campagne, dans des quartiers dits sensibles ou des zones privilégiées.

 

Un caractère précurseur du fait de son développement permanent et de sa capacité à réagir aux changements : 
Pour l’OFAJ, susciter l’intérêt de nouveaux jeunes pour les relations franco-allemandes est une question récurrente. Son objectif est resté le même : « renforcer les relations entre la jeunesse française et la jeunesse allemande ». En revanche, les moyens pour y parvenir ont considérablement évolué. Par ailleurs, l’OFAJ évalue ses offres en permanence.

 

Un caractère assuré du fait de son expérience, de sa compétence et de son exclusivité.
Intermédiaire entre les différentes composantes de la société civile de nos deux pays, l’OFAJ s’est toujours saisi des thèmes et des problématiques d’actualité. Centre de compétences pour les deux gouvernements, il élabore des cadres innovants, tels le service volontaire franco-allemand. En outre, l’OFAJ fait figure de laboratoire unique en son genre, qui s’est bien souvent montré en avance sur les évolutions politiques, comme en témoignent l’ouverture de ses programmes aux jeunes d’Europe du Sud-est et de l’espace méditerranéen ou encore l’élaboration d’outils destinés au dialogue interculturel.